Vie d’Eglise

AMAP (Association pour le Maintien d’un…)

Publié le Mis à jour le

Vous connaissez les AMAP ? Ces associations pour le maintien d’une agriculture paysanne. Elles permettent à un groupe de personnes de collaborer avec un agriculteur, un éleveur ou un maraicher pour la fourniture de produits locaux, de qualité, obtenus généralement en agriculture biologique ou du moins dans une démarche respectueuse des ressources et des êtres vivants. Je fais partie de celle de mon village et nous recevons chaque semaine un panier de légumes variés.

La semaine dernière c’était la réunion de fin de saison où chacun faisait le bilan. En entendant les retours de chacun, (le mien compris), j’ai pensé à mon ministère pastoral. J’ai cru y voir de nombreuses affinités avec ce mode d’organisation sociale et économique. Au point que j’ai pensé que je pourrais aussi exercer mon « métier-vocation » de pasteur sous forme d’AMAP. Cette fois ce serait plutôt une « Association pour le Maintiend d’un Accompagnement Pastoral » ou quelque chose s’en approchant !

Lire la suite »

Publicités

Ne cherche pas la paix, engage-toi par amour !

Citation Publié le Mis à jour le

Il ne faut pas chercher la communauté idéale. Il s’agit d’aimer ceux que Dieu a mis à nos côtés aujourd’hui. Ils sont signes de la présence de Dieu pour nous. Nous aurions peut-être voulu des personnes différentes, plus gaies, plus intelligentes. Mais ce sont ceux que Dieu nous a donné, qu’il a choisis pour nous. C’est avec eux que nous devons créer l’unité et vivre l’alliance.

***

Il est difficile de faire comprendre aux gens que l’idéal n’existe pas, que l’équilibre personnel et l’harmonie rêvée ne viennent qu’après des années de lutte et de souffrances et que même là, ils ne viennent que comme des touches de grâce et de paix. Si on cherche toujours son équilibre, je dirais même si on cherche trop sa propre paix, on n’y arrivera jamais, car la paix est le fruit de l’amour et donc du service des autres. A beaucoup de communautaires qui cherchent cet idéal inaccessible, je voudrai dire :

« Ne cherche plus la paix, mais là où tu es, donne-toi ; arrête de te regarder, mais regarde tes frères et sœurs qui sont dans le besoin. Sois proche de ceux que Dieu t’a donné aujourd’hui. Demande-toi plutôt comment aujourd’hui tu peux aimer davantage tes sœurs et tes frères.

Alors tu trouveras la paix : tu trouveras le repos et ce fameux équilibre que tu cherches entre l’intériorité et l’extériorité, entre la prière et l’activité, entre le temps pour toi et le temps pour les autres. Tout se résoudra dans l’amour.

Il ne faut plus perdre de temps à courir après la communauté parfaite. Vis pleinement dans ta communauté aujourd’hui. Arrête de voir les défauts qu’elle a (et heureusement elle en a) ; regarde plutôt tes propres défauts et sache que tu es pardonné, que tu peux à ton tour pardonner aux autres et entrer aujourd’hui dans cette conversion de l’amour »

 

Jean Vanier, La communauté, lieu du pardon et de la fête, p 25.

Télécharger ce texte au format PDF

La communauté pacifique qui ne craint pas ses différends…

Publié le Mis à jour le

Mon Eglise se lance dans le débat épineux de la possible bénédiction religieuse prononcée sur un couple de personnes de même sexe… Les avis divergent. Le président du conseil national a me semble-t-il usé de pédagogie pour nous donner les moyens qu’un réel débat puisse avoir lieu en dehors des oppositions « binaires » habituelles dans l’univers médiatique. Mais l’enjeu est important : arriverons-nous à écouter, ces opinions diverses, contradictoires,  nuancées qui s’expriment dans notre Eglise sans nous laisser polariser en « pour » ou « contre ». Surtout arriverons-nous à garder avant toute chose, que membres d’une même Eglise chrétienne, nous sommes TOUS au bénéfice de l’alliance de Dieu renouvelée en Jésus-Christ et témoignant de son inconditionnelle grâce ? Quelle que soit notre orientation sexuelle et notre point de vue dans ce débat ?

Je relis ces lignes de Stanley Hauerwas :

« En tant que chrétiens, nous devons maintenir avec constance que la paix n’est pas une réalité que nous pouvons atteindre par notre propre pouvoir. Au contraire, la paix est un don de Dieu, qui est accordé uniquement quand nous nous rassemblons en communauté autour du Sauveur crucifié – un sauveur qui nous enseigne comment être pacifique dans un monde en révolte contre son vrai Seigneur. Le royaume pacifique de Dieu, comme nous l’apprenons, n’est pas fondé sur la reconnaissance de notre moralité humaine commune, mais sur notre fidélité à être la communauté pacifique qui ne craint pas nos différends ».

Le Royaume de Paix, une initiation à l’éthique chrétienne, Bayard 2006, p.55

Dieu nous donnera-t-il d’être cette communauté pacifique ?